Les membres

Le laboratoire est composé de quatre doctorant.e.s en Sciences Humaines et Sociales , Léa Billen (Paris-Ouest Nanterre), Élise Huchet (Paris VII), Maud Lecacheur (ENS de Lyon), Laurent Pagès (Sorbonne Nouvelle/Paris IV) et Sam Racheboeuf (Grenoble-Alpes).

Léa Billen : agrégée de géographie, elle travaille avec Marie-Hélène Bacqué sur les représentations et les pratiques des jeunes des quartiers populaires franciliens à travers le prisme du genre. Elle réfléchit aux décalages qui existent entre les représentations médiatiques, culturelles, politiques et académiques et les expériences concrètes des jeunes concernés. Déployant une méthodologie participative susceptible de construire une recherche avec les jeunes, elle s’interroge sur les méthodes et les enjeux de la collecte et de la restitution des voix en géographie.

Elise Huchet : agrégée de philosophie, il travaille avec Guillaume Le Blanc sur le problème de l’accès à la parole dans la philosophie sociale et politique contemporaine, envisagé principalement à partir de l’œuvre de Judith Butler et des philosophes avec lesquels cette dernière dialogue : Foucault, Habermas, Axel Honneth… Elle réfléchit à l’inégal accès à la parole dans la sphère publique, et à ses conséquences sur les sujets sociaux rendus inaudibles, notamment en termes de subjectivation. L’objectif est de parvenir à forger un concept d’inaudibilité sociale opératoire dans le champ de la philosophie critique.

Maud Lecacheur : agrégée de lettres modernes, elle travaille avec Laurent Demanze autour des postures d’écrivains publics et de la collecte de la parole d’autrui de Georges Perec à Olivia Rosenthal.S’intéressant à des écrivains contemporains comme François Bon, Jean-Paul Goux ou Jean Hatzfeld qui collectent récits de vie et témoignages afin de composer des textes littéraires polyphoniques, ses recherches explorent la manière dont la littérature puise dans les méthodes et outils des sciences sociales (enquête de terrain, pratique de l’entretien, observation participante, témoignages oraux) pour élaborer des récits de voix.

Laurent Pagès : agrégé de lettres modernes, il travaille avec Tiphaine Samoyault et Sylvain Briens sur les représentations littéraires de voix écartées, émanant de personnages invisibilisés ou ostracisés, au sein d’œuvres romanesques contemporaines québécoises et scandinaves (Marie-Claire Blais, Sara Stridsberg, Jonas Hassen Khemiri, Kirstine Reffstrup). Il se propose d’analyser les stratégies énonciatives mises en oeuvre pour faire entendre les voix de ces personnages et les questions éthiques et politiques qui en émergent.

Sam Racheboeuf : agrégé de lettres modernes, il travaille avec Laurent Demanze sur les renouvellements de l’historiographie dans les œuvres de quelques historien.ne.s contemporain.e.s comme Michelle Perrot, Alain Corbin, Arlette Farge, Stéphane Audoin-Rouzeau, Patrick Boucheron, Philippe Artières ou Ivan Jablonka. Il réfléchit aux liens entre histoire et littérature et aux enjeux épistémologiques, esthétiques et éthiques qu’impliquent de nouvelles poétiques de l’histoire.