« Engagements, voix volées, vulnérabilités auctoriales. Un rapport sur les situations culturelles du Japon des années 2010 » – Hisato Kuriwaki

Résumé de la présentation

Le 20 mai 2019, dans le cadre d’un séminaire du Labo-junior, j’ai fait un court rapport sur les situations culturelles des années 2010 au Japon. Cela va sans dire que dans ce pays, la période est caractérisée comme celle « d’après Fukushima ». Jusqu’à aujourd’hui, la triple catastrophe du 11 mars 2011 a provoqué de nombreuses réponses culturelles.

Pour ce faire, je me suis intéressé notamment à quatre figures dans les différents  domaines : philosophie, critique, cinéma et littérature.

1) TAKAHASHI Tetsuya (1956-), philosophe engagé derridien et présentateur de Shoah, le film de Claude Lanzmann. Il dévoile un « système du sacrifice » qui a causé un accident majeur dans le centre nucléaire en marge de l’archipel, en analysant attentivement les discours des gouvernants, la condition géographique de la région de Tôhoku ainsi que les rapports inégaux entre la région sinistrée et Tôkyô, la capitale du pays.

2) SASAKI Atsushi (1964-), critique non-universitaire de tous les domaines artistiques et auteur de La Pensée nipponne (2009), il observe soigneusement les activités et les « engagements » des artistes qui se sont confronté à cette catastrophe sans précédent, en s’intéressant surtout à leurs voix dans un ouvrage dont le titre rappelle inévitablement celui de Jean-Paul Sartre : Situations (2013).

3) L’un de ces artistes est HAMAGUCHI Ryûsuke (1978-), estimé au Japon par les critiques cinématographiques, dont HASUMI Shiguéhiko (1936-), et bien connu du public français en tant que réalisateur de Senses, d’Asako I & II et de Passion. Il collecte les voix des survivants de la catastrophe dans ses films documentaires réalisés avec SAKAI Kô (1979-), en enregistrant d’une manière très particulière leurs conversations intimes et vivantes grâce au dialecte des voix des sinistrés.

4) La première nouvelle de HÔJÔ Yûko (1985-), intitulée Le Beau visage, publiée en 2018. Elle décrit le lendemain de la catastrophe de Fukushima de façon fictive. Si elle fut appréciée pour ses qualités littéraires, elle a provoqué un scandale au sujet du plagiat littéraire des témoignages, qui nous a amenés à revenir sur la complexité des rapports entre fiction et témoignage, et sur la manière de citer dans une œuvre littéraire fictive.

J’ai ainsi montré comment deux modes de pensée (la philosophie et la critique) et deux modes de représentation (le cinéma et la littérature) ont abordé, par leurs moyens propres, la question des voix dans la période exceptionnelle d’après Fukushima. Il s’agissait donc inévitablement d’interroger la dimension éthique de toutes les activités culturelles qui concernent la voix et la manière de collecter les voix, qui sont des questions essentielles posées au sein du Labo-junior.

Références (sélectives)

DOMENACH, Elise, Fukushima en cinéma. Voix du cinéma japonais, Tokyo, UTCP, 2015.

HÔJÔ Yûko, « Le Beau visage », Gunzo, Juin 2018, Tokyo, Kôdansha, p. 8-75. (en japonais)

SASAKI Atsushi, Situations. Autour de l’ « après », Tokyo, Bungei Shunjû, 2013. (en japonais)

TAKAHASHI Tetsuya, Système du sacrifice. Fukushima, Okinawa, Tokyo, Shûeisha, 2012. (en japonais)

TAKAHASHI Tetsuya, « Fukushima : un système sacrificiel », in Penser avec Fukushima, Nantes, Éditions nouvelles Cécile Defaut, 2016, p. 259-271.

YUKI Hidetaka et SAKAMOTO Abi, « Asako I & II de Ryusuke Hamaguchi », Cahiers du cinéma, Septembre 2018, p. 8-9.

Eurêka, Septembre 2018, Tokyo, Seidosha (numéro spécial : « Hamaguchi Ryûsuke »). (en japonais)

Interview de HAMAGUCHI Ryûsuke (ENS Lyon, le 17 octobre 2018) :

Journée d’étude “Inaudibilité et résistances” – 20 janvier 2020

Le laboratoire junior organise sa deuxième journée d’étude le lundi 20 janvier 2020 à l’ENS de Lyon (amphi Descartes), de 10h à 17h30. Cette journée portera sur l’inaudibilité et sur les résistances possibles à ce phénomène. Venez nombreux.ses !

PROGRAMME :

10h-10h15 : accueil des participant.e.s 

10h15-10h30 : introduction par les membres du laboratoire junior

10h30-12h30 : “Faire entendre les inaudibles : enjeux éthiques, politiques et méthodologiques

Sam Racheboeuf (Université de Grenoble Alpes) : “Restituer les paroles infâmes. Le discours de l’absent dans l’historiographie contemporaine française”

Bahar Majdzadeh (Université Paris 1) : “Cartographie d’une mémoire exilée en Iran : les militants politiques des années 1980”

Delphine Frasch (ENS de Lyon) : “EP Thompson : l’historien comme médiateur”

12h30-14h : déjeuner

14h-15h30 : “Normes discursives hégémoniques et contre-narrations

Merete Stistrup Jensen (Université Lumière Lyon 2) : “La question du genre dans quelques manifestes littéraires et essais poétiques du xxème siècle”

Élise Huchet (Université de Paris) : “Assujettissements ou subjectivations narratives : comment subvertir les normes du récit de soi ? Le cas des autobiographies féministes”

15h30-16h : pause café

16h-17h30 : “Démocratie narrative et problèmes de la représentation

Pauline Julien (Université Paris Nanterre) : “Représenter les sujets collectifs : les ambivalences du registre identitaire”

Bénédicte Madelin (Ex-professionnelle de la politique de la ville, membre de la Coordination Pas sans Nous) : “Est-on prêt à entendre la parole des habitants des quartiers populaires ?”

Rencontre avec Marie Cosnay

Le jeudi 28 mars, nous avons eu le plaisir d’accueillir l’écrivaine Marie Cosnay dans le cadre du programme de rencontres “De vive voix”, en collaboration avec la Bibliothèque Diderot de Lyon et avec le soutien de la Maison des écrivains et de la littérature.

Marie Cosnay nous a parlé de ses œuvres et de ses engagements, et ce fut un moment passionnant !

Nous remercions toutes les personnes qui sont venues et nous vous disons à bientôt pour d’autres événements organisés par le laboratoire junior !

Photo : François-Xavier Thuaud (Bibliothèque Diderot)
Photo : François-Xavier Thuaud (Bibliothèque Diderot)

Retour sur la demi-journée d’étude “Collecter des témoignages”

La première demi-journée d’étude organisée par le laboratoire junior s’est bien déroulée le 5 décembre dernier. Nous remercions vivement les intervenant.e.s, celles et ceux qui nous ont prêté main forte pour l’organisation ainsi que la vingtaine de personnes qui étaient présentes !

Afin de pouvoir faire profiter d’autres personnes intéressées des interventions de grande qualité d’Éléonore Devevey, Boris Gobille et Alice Leroy, nous avons enregistré leurs contributions.

Voici donc des liens vers les enregistrements de leurs interventions :

Éléonore Devevey, « L’anthropologue comme témoin ? Manières et raisons d’écrire en « Terre humaine » à l’heure des indépendances », cliquez ici

Entretien mené par Alice Feyeux, Delphine Frasch et Élise Huchet avec Boris Gobille autour de l’ouvrage Mai 68 par celles et ceux qui l’ont vécu, cliquez ici

Alice Leroy, « Prendre voix : les dispositifs d’enregistrement de la parole dans le cinéma documentaire », cliquez ici

Nous n’avons pas pu conserver de trace sonore de tous les extraits montrés par Alice Leroy, mais les voici :

6:30-9:50 : extrait de Housing Problems 
14:25-16:12 : essais Nagra sur le tournage de Chronique d’un été 
30:34-30:38 : [extrait coupé au montage de Fengming de Wang Bing]
33:50-36:50 : extrait de Numéro Zéro de Jean Eustache
40:03-40:07 : [extrait coupé au montage de Voir ce que devient l’ombre, de Matthieu Chatelier]

Et voici la liste complète des films cités dans son intervention :

Housing Problems, de Edgar Anstey et Arthur Elton (1935)
Chronique d’un été, d’Edgar Morin et Jean Rouch (1961)
À bientôt j’espère, de Chris Marker et Mario Marret (1968)
La charnière (son seul – 1968 : l’enregistrement audio de l’échange entre les ouvriers de la Rhodiacéta et les cinéastes qui suit la projection d’À bientôt j’espère)
Classe de lutte (1968 : la réponse des ouvriers qui se saisissent eux-mêmes des outils de réalisation)
Shoah, de Claude Lanzmann (1985)
S.21, la machine de mort khmère rouge, de Rithy Panh (2002)
Fengming, chronique d’une femme chinoise, de Wang Bing (2007. À voir avec la fiction que Wang Bing a tournée en miroir du documentaire : Le Fossé)
Numéro Zéro, de Jean Eustache (1971)
Voir ce que devient l’ombre, de Matthieu Chatelier (2010, un portrait des artistes Cécile Reims et Fred Deux)
El Sicario, room 164, de Gianfranco Rosi (2010)
Z32, d’Avi Mograbi (2008)

Demi-journée d’étude “Collecter des témoignages”

Le laboratoire junior organise sa première demi-journée d’étude le 5 décembre 2018, à l’ENS de Lyon (site Buisson) ! Cette demi-journée portera sur les enjeux de la collecte de témoignages au cinéma, en littérature et dans les sciences humaines et sociales. Elle comprendra des interventions d’Éléonore Devevey (littérature et anthropologie) et d’Alice Leroy (études cinématographiques) ainsi qu’un entretien avec Boris Gobille (science politique) autour de son ouvrage Mai 68 par celles et ceux qui l’ont vécu.

PPROGRAMME COMPLET :

SALLE D8 129 (bâtiment de l’IFE)
14h-14h30 : accueil des participant.e.s et présentation de la journée.
14h30-15h30 : Éléonore Devevey (Université de Genève), « L’anthropologue comme témoin ? Manières et raisons d’écrire en “Terre humaine” à l’heure des indépendances ».
15h30-16h : pause.

SALLE D8 003
16h-17h : Entretien avec Boris Gobille (Triangle, ENS de Lyon) autour de l’ouvrage « Mai 68 par celles et ceux qui l’ont vécu ».
17h-18h : Alice Leroy (LISAA – UPEM), « Prendre voix : les dispositifs d’enregistrement de la parole dans le cinéma documentaire ».

Pour voir l’annonce et la présentation de l’événement sur Calenda, cliquez ici.

Le laboratoire junior est lancé !

La réunion de rentrée a eu lieu comme prévu le 12 octobre. Le compte-rendu est disponible en cliquant sur ce lien. Il est modifiable, et nous invitons toutes les personnes présentes à la réunion, ou bien intéressées par les activités du laboratoire junior, à y ajouter leur présentation. Nous en profitons pour remercier tou.te.s celles et ceux qui étaient présent.e.s ! N’hésitez pas à consulter le compte-rendu, qui présente les axes du laboratoire ainsi que les activités à venir déjà prévues ou esquissées.

Au cours de la réunion, l’idée d’un séminaire interne a émergé. Ce séminaire, qui aura lieu à l’ENS de Lyon une fois par mois, sera l’occasion pour chacun.e de présenter ses recherches par binôme, avant qu’une conversation collective ne s’engage. Nathalie Vallet-Renart, doctorante à Lyon 3, ouvrirait seule le bal en novembre en venant nous parler d’un travail de recueil de récits de vie auprès de personnes âgées. La date n’est pas encore fixée, nous invitons donc les personnes intéressées à la choisir avec nous en suivant ce lien.

Une demi-journée d’études interdisciplinaire autour de la collecte de voix se prépare le 5 décembre après-midi : réservez la date si cela vous intéresse, et nous vous donnerons plus d’informations prochainement !

En quête de quoi ?

“En quête de voix” se propose de mener une réflexion interdisciplinaire sur la représentation des voix des autres. Notre laboratoire est né du désir de faire dialoguer plusieurs disciplines autour d’une question commune et des enjeux poétiques, éthiques et politiques qu’elle implique. En philosophie comme en histoire, en littérature comme en géographie, la prise en charge de la voix d’autrui – en particulier des voix inaudibles dans l’espace public – est en effet un enjeu majeur des recherches contemporaines.

Notre approche repose sur le constat d’une porosité toujours plus grande des frontières entre littérature et sciences humaines et sociales : non seulement les écrivains contemporains s’emparent des outils des sciences sociales, mais les sciences humaines et sociales se renouvellent aussi au contact de la littérature, à la fois dans le choix de leurs objets et dans l’écriture même. Les recherches s’attacheront à croiser différentes perspectives sur les notions de « témoignage », de « voix », de « parole » ou de « récit de vie », pour mieux saisir la place qu’elles occupent aujourd’hui tant dans les pratiques artistiques que dans la recherche scientifique.