« Engagements, voix volées, vulnérabilités auctoriales. Un rapport sur les situations culturelles du Japon des années 2010 » – Hisato Kuriwaki

Résumé de la présentation

Le 20 mai 2019, dans le cadre d’un séminaire du Labo-junior, j’ai fait un court rapport sur les situations culturelles des années 2010 au Japon. Cela va sans dire que dans ce pays, la période est caractérisée comme celle « d’après Fukushima ». Jusqu’à aujourd’hui, la triple catastrophe du 11 mars 2011 a provoqué de nombreuses réponses culturelles.

Pour ce faire, je me suis intéressé notamment à quatre figures dans les différents  domaines : philosophie, critique, cinéma et littérature.

1) TAKAHASHI Tetsuya (1956-), philosophe engagé derridien et présentateur de Shoah, le film de Claude Lanzmann. Il dévoile un « système du sacrifice » qui a causé un accident majeur dans le centre nucléaire en marge de l’archipel, en analysant attentivement les discours des gouvernants, la condition géographique de la région de Tôhoku ainsi que les rapports inégaux entre la région sinistrée et Tôkyô, la capitale du pays.

2) SASAKI Atsushi (1964-), critique non-universitaire de tous les domaines artistiques et auteur de La Pensée nipponne (2009), il observe soigneusement les activités et les « engagements » des artistes qui se sont confronté à cette catastrophe sans précédent, en s’intéressant surtout à leurs voix dans un ouvrage dont le titre rappelle inévitablement celui de Jean-Paul Sartre : Situations (2013).

3) L’un de ces artistes est HAMAGUCHI Ryûsuke (1978-), estimé au Japon par les critiques cinématographiques, dont HASUMI Shiguéhiko (1936-), et bien connu du public français en tant que réalisateur de Senses, d’Asako I & II et de Passion. Il collecte les voix des survivants de la catastrophe dans ses films documentaires réalisés avec SAKAI Kô (1979-), en enregistrant d’une manière très particulière leurs conversations intimes et vivantes grâce au dialecte des voix des sinistrés.

4) La première nouvelle de HÔJÔ Yûko (1985-), intitulée Le Beau visage, publiée en 2018. Elle décrit le lendemain de la catastrophe de Fukushima de façon fictive. Si elle fut appréciée pour ses qualités littéraires, elle a provoqué un scandale au sujet du plagiat littéraire des témoignages, qui nous a amenés à revenir sur la complexité des rapports entre fiction et témoignage, et sur la manière de citer dans une œuvre littéraire fictive.

J’ai ainsi montré comment deux modes de pensée (la philosophie et la critique) et deux modes de représentation (le cinéma et la littérature) ont abordé, par leurs moyens propres, la question des voix dans la période exceptionnelle d’après Fukushima. Il s’agissait donc inévitablement d’interroger la dimension éthique de toutes les activités culturelles qui concernent la voix et la manière de collecter les voix, qui sont des questions essentielles posées au sein du Labo-junior.

Références (sélectives)

DOMENACH, Elise, Fukushima en cinéma. Voix du cinéma japonais, Tokyo, UTCP, 2015.

HÔJÔ Yûko, « Le Beau visage », Gunzo, Juin 2018, Tokyo, Kôdansha, p. 8-75. (en japonais)

SASAKI Atsushi, Situations. Autour de l’ « après », Tokyo, Bungei Shunjû, 2013. (en japonais)

TAKAHASHI Tetsuya, Système du sacrifice. Fukushima, Okinawa, Tokyo, Shûeisha, 2012. (en japonais)

TAKAHASHI Tetsuya, « Fukushima : un système sacrificiel », in Penser avec Fukushima, Nantes, Éditions nouvelles Cécile Defaut, 2016, p. 259-271.

YUKI Hidetaka et SAKAMOTO Abi, « Asako I & II de Ryusuke Hamaguchi », Cahiers du cinéma, Septembre 2018, p. 8-9.

Eurêka, Septembre 2018, Tokyo, Seidosha (numéro spécial : « Hamaguchi Ryûsuke »). (en japonais)

Interview de HAMAGUCHI Ryûsuke (ENS Lyon, le 17 octobre 2018) :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.