Archives de catégorie : Articles

« Les voix dans l’oeuvre de Wajdi Mouawad : les narrations animales d’Anima » – Perrine Beltran

Résumé de la présentation

Au-delà de ce qui était raconté, ce qui m’a happé fut cette voix qui disait je. Cela n’était pas moi. Arrivant au bout du chapitre, je comprends, sans que cela ait été prémédité, qu’il s’agit d’une voix animale.[1]

C’est ainsi que W. Mouawad décrit, au moment de l’écriture des premières pages d’Anima, une sorte de dépossession : dépossession de sa propre voix, par une voix non humaine — « Cela » —. L’auteur fait l’expérience d’une altérité animale à laquelle il choisit, « sans que cela ait été prémédité » de confier le témoignage de son histoire. Anima est un roman composé de quatre parties, dont trois sont exclusivement racontées par des narrateurs animaux. Chaque chapitre donne la parole à un animal différent, dont le nom d’espèce scientifique latin fait office de titre (pour les deux premières parties).

Quand on commence la lecture, on a l’impression de lire un récit traditionnel à la troisième personne, jusqu’à ce que surgisse un « je ». Ce n’est qu’« au bout du chapitre » qu’on se rend compte que le narrateur est en fait un chat. L’animalité des narrateurs ne va pas de soi, en effet, elle est surprenante pour le lecteur comme elle l’a été pour l’écrivain.

De même, au fil des chapitres, le lecteur est tendu par deux questionnements. Qu’en est-il de la quête du héros, Wahhch Debch, à la recherche du meurtrier de sa femme ? Mais également : qui parle ? Cette seconde interrogation n’est pas élucidée par le titre, elle ne l’est que plus ou moins progressivement durant la lecture du chapitre. La découverte de l’identité des narrateurs se fait par étapes, comme une énigme qu’il s’agirait de résoudre en cherchant, dans la langue utilisée, le choix des mots employés, des indices d’un particularisme qui permettrait d’identifier l’espèce animale qui est en train de raconter.

Mon objectif est de vous montrer que l’écriture d’Anima est mimétique des différentes appréhensions animales du réel, qui nous offrent, « au fil des chapitres, une déclinaison stylistique du vivant, chaque espèce étant caractérisée par certains traits syntaxiques ou lexicaux, par le recours à tel ou tel registre » (Orlandi, 2017).

1. Anima, un récit non naturel

La théorie narratologique qui s’intéresse aux narrations non naturelles est celle qui nous permet d’éclairer notre analyse des voix narratrices d’Anima. La définition dans laquelle nous nous situons est celle formulée par J. Alber  (2013 : 459) :

Even though various definitions of the term “unnatural narrative” exist, I restrict the use of this term to texts about storyworlds that contain physically, logically, or humanly impossible scenarios or events. That is to say, the represented scenarios or events have to be impossible according to the known laws governing the physical world, accepted principles of logic (such as the principle of non-contradiction), or standard human limitations of knowledge. […] unnatural scenarios and events are “non-actualizable” : they could never be experienced in the real world.

[Bien que de nombreuses définitions du terme « récit non naturel » existent, je restreins son usage aux textes qui présentent des mondes fictionnels contenant des scénarios ou des événements physiquement, logiquement ou humainement impossibles. C’est-à-dire, les scénarios ou événements représentés doivent être impossibles vis-à-vis des lois connues gouvernant le monde physique, les principes de logique communément acceptés (tels que le principe de non-contradiction), ou les limitations standardisées des connaissances humaines. […] les scénarios et événements non naturels sont “non-actualisables” : on ne pourrait jamais en faire l’expérience dans le monde réel.]

La dernière partie du roman, prise en charge par un personnage humain, naturalise cependant le récit, en faisant référence à un « manuscrit »[2] rédigé par Wahhch Debch. Cependant, je considère que cette naturalisation a posteriori n’ôte en rien son caractère non naturel au roman, je présenterai donc mes analyses du texte dans l’optique de mettre en évidence les particularités stylistiques d’un récit non naturel.

2. Un exemple de « déclinaison stylistique du vivant »

Je vous invite à lire le premier texte de l’exemplier, en vous posant la question « qui parle ? ». Pour la grande majorité des lecteurs (qui ne sont ni zoologistes ni latinistes chevronnés), le titre du chapitre ne permet pas d’y répondre, il se présente plutôt comme une énigme qu’il s’agira de résoudre au fil de la lecture. L’extrait proposé condense les premières lignes du chapitre, vous avez donc une idée du sentiment d’étonnement et du questionnement qui peut surgir en début de chapitre dans Anima.

La recherche de l’identité du narrateur se fait par le repérage d’indices linguistiques. Le premier que nous pouvons relever est l’utilisation d’un registre soutenu (« confins », « subsistance »), qui suggère une certaine noblesse du narrateur (« toute l’étendue du domaine »). À ce registre soutenu s’ajoute une rigueur et une précision scientifiques quant aux dénominations des végétaux (« Glycines vallisnéries ou fougères de Sumatra »). Enfin, la description du lieu évoque la grandeur (« domaine », « abysses », « multitude », « vaste infini »). Seuls les indices qui montrent qu’il s’agit d’un milieu aquatique (« se noie », « abysses ») nous mettent sur la bonne piste. Il faut alors décoder : interpréter le nom « abysses » comme désignant le fond du bocal, faire le lien entre les « cailloux aux couleurs chatoyantes » et les décorations vendues en animaleries, et comprendre enfin que « Carassius autatus caput leonis » est le nom scientifique du poisson rouge.

Cette découverte est comique, car elle bouscule l’horizon d’attentes construit par la posture du narrateur et la description du bocal comme un « territoire vaste infini ». Ce début de chapitre bouscule en fait deux a priori : d’abord, celui du petit animal ridicule et amnésique, qui se décrit lui-même ici comme le maître d’un « domaine » ; ensuite, celui de la petitesse du bocal à poisson et de tout ce qui l’habite. Nous faisons ainsi l’expérience d’un changement d’échelle, le point de vue du poisson rouge réinvestissant le vocabulaire qu’on associe habituellement à certains registres et objets familiers. L’écriture produit un effet de familière étrangeté, qu’on théorisera dans quelques instants comme un « effet de défamiliarisation ».

Un dernier aspect de cette énonciation, et qui est au centre du travail de recherche que je mène, est la répétition, encadrant le texte, des deux phrases suivantes : « Je suis capable de tout. Mon territoire est vaste infini et se noie dans les confins ». À la fin de ce mouvement, il y a donc un retour sur les phrases d’ouvertures qui est mimétique du mouvement du poisson rouge faisant le tour de son bocal et revenant à son point de départ, mais aussi et surtout mimétique du mouvement de sa pensée amnésique, et donc d’une saisie du réel cyclique et fondamentalement répétitive.

C’est ce type de mimétisme de l’écriture qui amène S. Orlandi à dire que le projet romanesque de Mouawad « témoigne d’une tentative de s’accorder à la diversité des rythmes et des perceptions sensibles » (Orlandi, 2017). Ainsi, le chapitre du poisson rouge, dont nous venons de lire un extrait particulièrement représentatif de cette esthétique mouawadienne, d’une écriture qui mime la saisie cognitive du réel grâce à la répétition, peut être mis en parallèle avec un autre chapitre, raconté par un canari, que S. Orlandi analyse en ces termes :

Le discours du canari se caractérise par une saisie immédiate, par une prise directe sur le présent de l’énonciation, soudain privée de toute capacité de prospection de même que de rétrospection. […] (la répétition n’est pas perçue comme telle, dès lors que chaque instant efface les précédents) (Orlandi, 2017).

3. Le concept de défamiliarisation

Pour étudier cette familière étrangeté que produit la lecture d’Anima, je m’appuie sur un concept développé par V. Chklovski : celui de défamiliarisation. V. Chklovski part du principe que le but de l’art est de lutter contre l’autonomisation de nos rapports au réel, et que pour ce faire, il rend étranger ce qui nous est familier :

Eh bien, pour rendre la sensation de la vie, pour sentir les choses, pour faire en sorte que la pierre soit de pierre, il existe ce qu’on appelle l’art. […] le procédé de l’art est celui de la ‘défamiliarisation’ et celui de la forme difficile, augmentant la difficulté et la durée de la perception, car dans l’art, le processus perceptif est à lui-même sa propre fin et doit être prolongé […] (cité par Aucouturier, 1985 : 59-60).

L’écrivain opère, dans Anima, un dérèglement de la perception des objets, gestes et pensées qui appartiennent à notre quotidien. Désignés par des mots différents de ceux avec lesquels on a l’habitude de les saisir, les référents familiers deviennent étonnants, étrangers. Ce procédé, qui est le propre du langage poétique, nous amène à envisager les choses et les mots pour eux-mêmes, il nous invite à adopter un autre regard sur le réel que nous percevons et sur le langage que nous utilisons. Le point de vue animal, qui régit une large majorité de la narration d’Anima, se construit et se comprend en termes de défamiliarisation, puisqu’il présente une nouvelle vision de l’animal, mais aussi et surtout de l’humain.

4. Analyse comparée : l’humain vu par l’animal

Je vous propose à présent de nous pencher sur un texte, issu du roman de W. Mouawad, et sur un groupement d’extraits de la nouvelle Le cheval de L. Tolstoï, considérée comme le précurseur des narrations animales. Si j’ai décidé d’éclairer mon analyse d’Anima avec Le cheval, c’est parce que l’on peut reconnaître dans les deux œuvres de nombreuses similarités qui nous invitent à les lire dans le prolongement l’une de l’autre. Les extraits sont racontés par un singe (chez W. Mouawad), et par un cheval (chez L. Tolstoï), qui présentent une réflexion sur les usages, notamment langagiers, de cette « étrange espèce d’animaux avec laquelle nous sommes si étroitement liés, que nous appelons les hommes » (Tolstoï, 2018 [1885] : 39).

4. 1. Les humains observés

À la différence du récit du poisson rouge, la défamiliarisation dans ces textes ne se trouve pas tant au niveau de la syntaxe qu’au niveau de la réflexion menée sur « les humains ». Cette désignation ne renvoie non pas, comme on en a l’habitude, à un générique commutant avec l’humanité, mais à un nom d’espèce. Un renversement est opéré par rapport aux usages langagiers habituels : les pronoms personnels (« je ») et possessifs (« notre ») déicitiques renvoient aux animaux, tandis que les pronoms référant à l’humanité et les syntagmes nominaux tels que « les hommes » sont du côté de la dénotation. Habituellement, ce sont les humains qui parlent des animaux, mais dans ces textes, les locuteur sont les animaux et les dénotés sont les humains.

Les deux narrateurs se positionnent comme des observateurs, qui décrivent, au présent gnomique et avec un regard et une précision presque scientifiques, « cette étrange espèce d’animaux » (Tolstoï, 2018 [1885] : 39). La description des humains faite par le singe ressemble à une page d’encyclopédie, à un traité de zoologie, qui liste le comportement de l’espèce ainsi que son milieu naturel : « Ils s’assoient sur des chaises. Ils posent leurs mains à plat sur leurs genoux. Ils s’entourent d’objets : bouilloire, théière, cuillère, tapis, télévision, tableaux accrochés sur les murs. » (Mouawad, 2012 : 127).

4. 2. Une remise en question d’usages langagiers

Les deux narrations convergent autour de la remise en question d’un usage langagier présenté avec une distance critique : le possessif.

Les humains disent Ma maison. Ils disent J’ai un jardin. Ils disent Ma famille, mes amis. Ils disent Les gens, ils disent Le monde. Les humains disent Mon, ma, mes. Par exemple, Coach dit Mon singe en me montrant du doigt (Mouawad, Ibid.)

Mais alors je ne saisissais pas comment on pouvait me considérer, moi, comme la propriété d’un homme. Les mots « mon cheval » se rapportaient à moi, un cheval vivant, et ils me paraissaient aussi étranges que les mots : « ma terre », « mon air », « mon eau » (Tolstoï, 2018 [1885] : 40-41).

Les deux argumentations sont organisées de façon progressive, sur le mode de l’accumulation, pour démontrer l’incohérence d’un tel usage. Dans les deux cas, les narrateurs citent des paroles humaines qui sont mises à distance : le fait même de les citer nous invite à questionner les mots pour eux mêmes, à adopter un regard différent sur un usage qui semble pourtant aller de soi.

Les phrases courtes du singe, qui s’enchaînent de manière asyndétique et répétitive en suivant l’ordre Sujet-Verbe-Complément, donnent le sentiment d’une simplicité qui rend d’autant plus illogiques les actions et caractères humains. Parallèlement, l’étonnement naïf du cheval (« ce qui me paraissait alors obscur c’était l’expression ‘‘son poulain’’ », Tolstoï, Ibid.) présente l’usage du possessif comme un impossible, qu’il peine à concevoir, sans que cette incompréhension passe pour un manque d’intelligence, puisque son argumentation est solidement construite, évoluant au fil d’une réflexion organisée (« je réfléchissais surtout », Tolstoï, 2018 [1885] : 39 ; « je ne le compris que bien plus tard » Tolstoï, 2018 [1885] : 40-41).

Le langage humain se caractérise ainsi par son inadéquation avec la réalité tangible (« Les humains sont doués pour l’absence : ils disent Untel est triste, mais Untel n’est pas là. Ils disent Un jour, j’aurai du temps, mais le temps n’est pas là. » Mouawad, Ibid.), et le possessif apparaît alors comme une tentative vaine de prendre le contrôle de ce (et ceux) que les humains ne peuvent pas posséder. Les deux narrateurs mettent à jour le paradoxe du langage humain qui tente de pallier un manque de contrôle et de compréhension du réel. L’effusion de la parole humaine citée s’oppose finalement, dans le texte de W. Mouawad, au « silence » des bêtes qui « écoute » et comprend les humains mieux qu’eux-mêmes.

L’écriture d’Anima, en se faisant mimétique de la perception et du cheminement des pensées animales, propose avant tout un autre regard sur l’humain. Les effets de défamiliarisation sont au centre d’un processus de mise à distance de l’anthropocentrisme, qui amène les lecteurs à s’interroger sur leur propre appréhension du réel et sur eux-mêmes. En faisant accéder les animaux au langage, W. Mouawad nous offre la possibilité ou l’espoir d’une communication, d’une intercompréhension et nous rappelle une idée qui ne va pas toujours de soi, celle que l’« homo sapiens sapiens » est aussi une espèce animale.

Extraits des oeuvres commentées

Pourtant, voici une dizaine d’années, une voix a surgi. Au-delà de ce qui était raconté, ce qui m’a happé fut cette voix qui disait je. Cela n’était pas moi. Arrivant au bout du chapitre, je comprends, sans que cela ait été prémédité, qu’il s’agit d’une voix animale. Un homme, rentrant chez lui un soir après le travail, découvre sa femme sauvagement assassinée, étendue dans son sang, au milieu du salon. Un chat, leur chat, leur animal domestique, raconte la macabre découverte et l’évanouissement de l’homme. Au second chapitre, des oiseaux à la fenêtre de sa chambre d’hôpital tiennent la suite du récit.

J’ai poursuivi.

Récit de genèse d’Anima par W. Mouawad[1].

CARASSIUS AURATUS CAPUT LEONIS

Je suis capable de tout. Manoeuvrant dans une relative obscurité je parviens à déceler la moindre anomalie susceptible d’affecter mon milieu naturel. Mon territoire est vaste infini et se noie dans les confins. J’y règne en maître et ne rencontre nul congénère. Je ne fais face à aucun prédateur. La nourriture est abondante et régulière. Algues et vers de vase garantissent ma subsistance apaisent mon esprit et me libèrent du moindre soucis. La végétation constante sur toute l’étendue du domaine ne fait pas preuve d’une grande diversité. Glycines vallisnéries ou fougères de Sumatra ne laissent place à nulle autre variété. Des cailloux aux couleurs chatoyantes tapissent le fond. Dans ces abysses je découvre une multitude de rochers creusés où il m’arrive de me perdre lorsque je cherche à me reposer. Je suis capable de tout. Mon territoire est vaste infini et se noie dans les confins.

W. Mouawad, Anima, 2012, p. 22.


W. Mouawad, Anima, 2012.

Je les regarde. Ils sont nombreux et pourtant ils sont seuls. Ils s’assoient sur des chaises. Ils posent leurs mains à plat sur leurs genoux. Ils s’entourent d’objets : bouilloire, théière, cuillère, tapis, télévision, tableaux accrochés sur les murs. Ils sont attachés au décorum. […] Les humains sont doués pour l’absence : ils disent Untel est triste, mais Untel n’est pas là. Ils disent Un jour, j’aurai du temps, mais le temps n’est pas là. Ils présument de tout. Les humains disent Ma maison. Ils disent J’ai un jardin. Ils disent Ma famille, mes amis. Ils disent Les gens, ils disent Le monde. Les humains disent Mon, ma, mes. Par exemple, Coach dit Mon singe en me montrant du doigt. Il dit J’ai acheté Mon singe en Afrique. Il dit Je recrute mes hommes moi-même. Il dit J’ai rencontré ma femme à Cuba en 1972 et j’ai tout de suite su que c’était elle. Il dit Mon argent, Mon singe, Mes hommes, Ma femme, Ma business.

Les humains sont seuls. Malgré la pluie, malgré les animaux, malgré les fleuves et les arbres et le ciel et malgré le feu. Les humains restent au seuil. Ils ont reçu la pure verticalité en présent, et pourtant ils vont, leur existence durant, courbés sous un invisible poids. Quelque chose les affaisse. Il pleut : voilà qu’ils courent. Ils espèrent les dieux et cependant ne voient pas les yeux des bêtes tournés vers eux. Ils n’entendent pas notre silence qui les écoute.

p. 127, chapitre « PAN TROGLODYTES ».

L. Tolstoï, Le cheval, 1885.

Je réfléchissais surtout aux particularités de cette étrange espèce d’animaux avec laquelle nous sommes si étroitement liés, que nous appelons les hommes […].[p. 39.]

[…] ce qui me paraissait alors obscur c’était l’expression « son poulain » : les hommes établissaient donc un certain lien entre moi et le chef d’écurie. Mais je ne parvenais pas à comprendre en quoi consistait ce lien. Je ne le compris que bien plus tard, quand on me sépara des autres chevaux. Mais alors je ne saisissais pas comment on pouvait me considérer, moi, comme la propriété d’un homme. Les mots « mon cheval » se rapportaient à moi, un cheval vivant, et ils me paraissaient aussi étranges que les mots : « ma terre », « mon air », « mon eau ». [p. 40-41].

J’étais trois fois malheureux : j’étais pie, j’étais hongre et les hommes s’imaginaient que j’appartenais non pas à Dieu et à moi-même, ainsi qu’il est normal pour tout être vivant, mais au chef d’écurie. [p. 43].

[1] Voir : https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/anima.

Bibliographie

Sources primaires

MOUAWAD Wajdi, Anima, Paris, Actes Sud, coll. « Babel », 2012.

TOLSTOÏ Léon, Le cheval, trad. Boris de Schlœzer, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2018 [1885].

Sources secondaires

ALBER Jan, « Unnatural Narratology : The Systematic Study of Anti-Mimeticism », Literature Compass, vol. 10, n°5, 2013, p. 449-460.

ALBER Jan, Stefan Iversen, Henrik Skov Nielsen, et Brian Richardson, « Unnatural Narratives, Unnatural Narratology: Beyond Mimetic Models »,  NARRATIVE, Vol. 18, n° 2, 2010.

AUCOUTURIER Michel, Les formalistes russes, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1985.

ORLANDI Sibylle, « « Nous luisons… loin des humains » : marques personnelles et expression animale (Wajdi Mouawad, Anima) » dans « La parole aux animaux. Conditions d’extension de l’énonciation », Actes de la journée d’étude de Paris 8 (27 janvier 2017), GASP8, dir. Denis Bertrand et Michel Costantini. URL : http://www.fabula.org/colloques/document5382.php.

PATRON Sylvie, « La représentation de l’esprit dans la narratologie postclassique : un bref état de l’art », Revue Critique de Fixxion Française Contemporaine, Ghent University, 2016, p. 102-115, https://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr/hal-01417818/document.

PATRON Sylvie, « Narrations d’Anima. Un récit non naturel ? », Langues d’Anima, Écriture et histoire contemporaine dans l’oeuvre de Wajdi Mouawad, dir. Claire Badiou-Monferran et Laurence Denooz, Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 41-61.


[1] Récit de genèse d’Anima par W. Mouawad (https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/anima).

[2] « Les événements que je vais tenter de rapporter sont survenus […] bien avant que ne me parvienne, par colis postal, le manuscrit du texte qui précède. » (Mouawad, 2012 : 471).

Retour sur la demi-journée d’étude “Collecter des témoignages”

La première demi-journée d’étude organisée par le laboratoire junior s’est bien déroulée le 5 décembre dernier. Nous remercions vivement les intervenant.e.s, celles et ceux qui nous ont prêté main forte pour l’organisation ainsi que la vingtaine de personnes qui étaient présentes !

Afin de pouvoir faire profiter d’autres personnes intéressées des interventions de grande qualité d’Éléonore Devevey, Boris Gobille et Alice Leroy, nous avons enregistré leurs contributions.

Voici donc des liens vers les enregistrements de leurs interventions :

Éléonore Devevey, « L’anthropologue comme témoin ? Manières et raisons d’écrire en « Terre humaine » à l’heure des indépendances », cliquez ici

Entretien mené par Alice Feyeux, Delphine Frasch et Élise Huchet avec Boris Gobille autour de l’ouvrage Mai 68 par celles et ceux qui l’ont vécu, cliquez ici

Alice Leroy, « Prendre voix : les dispositifs d’enregistrement de la parole dans le cinéma documentaire », cliquez ici

Nous n’avons pas pu conserver de trace sonore de tous les extraits montrés par Alice Leroy, mais les voici :

6:30-9:50 : extrait de Housing Problems 
14:25-16:12 : essais Nagra sur le tournage de Chronique d’un été 
30:34-30:38 : [extrait coupé au montage de Fengming de Wang Bing]
33:50-36:50 : extrait de Numéro Zéro de Jean Eustache
40:03-40:07 : [extrait coupé au montage de Voir ce que devient l’ombre, de Matthieu Chatelier]

Et voici la liste complète des films cités dans son intervention :

Housing Problems, de Edgar Anstey et Arthur Elton (1935)
Chronique d’un été, d’Edgar Morin et Jean Rouch (1961)
À bientôt j’espère, de Chris Marker et Mario Marret (1968)
La charnière (son seul – 1968 : l’enregistrement audio de l’échange entre les ouvriers de la Rhodiacéta et les cinéastes qui suit la projection d’À bientôt j’espère)
Classe de lutte (1968 : la réponse des ouvriers qui se saisissent eux-mêmes des outils de réalisation)
Shoah, de Claude Lanzmann (1985)
S.21, la machine de mort khmère rouge, de Rithy Panh (2002)
Fengming, chronique d’une femme chinoise, de Wang Bing (2007. À voir avec la fiction que Wang Bing a tournée en miroir du documentaire : Le Fossé)
Numéro Zéro, de Jean Eustache (1971)
Voir ce que devient l’ombre, de Matthieu Chatelier (2010, un portrait des artistes Cécile Reims et Fred Deux)
El Sicario, room 164, de Gianfranco Rosi (2010)
Z32, d’Avi Mograbi (2008)

Demi-journée d’étude “Collecter des témoignages”

Le laboratoire junior organise sa première demi-journée d’étude le 5 décembre 2018, à l’ENS de Lyon (site Buisson) ! Cette demi-journée portera sur les enjeux de la collecte de témoignages au cinéma, en littérature et dans les sciences humaines et sociales. Elle comprendra des interventions d’Éléonore Devevey (littérature et anthropologie) et d’Alice Leroy (études cinématographiques) ainsi qu’un entretien avec Boris Gobille (science politique) autour de son ouvrage Mai 68 par celles et ceux qui l’ont vécu.

PPROGRAMME COMPLET :

SALLE D8 129 (bâtiment de l’IFE)
14h-14h30 : accueil des participant.e.s et présentation de la journée.
14h30-15h30 : Éléonore Devevey (Université de Genève), « L’anthropologue comme témoin ? Manières et raisons d’écrire en “Terre humaine” à l’heure des indépendances ».
15h30-16h : pause.

SALLE D8 003
16h-17h : Entretien avec Boris Gobille (Triangle, ENS de Lyon) autour de l’ouvrage « Mai 68 par celles et ceux qui l’ont vécu ».
17h-18h : Alice Leroy (LISAA – UPEM), « Prendre voix : les dispositifs d’enregistrement de la parole dans le cinéma documentaire ».

Pour voir l’annonce et la présentation de l’événement sur Calenda, cliquez ici.

En quête de quoi ?

“En quête de voix” se propose de mener une réflexion interdisciplinaire sur la représentation des voix des autres. Notre laboratoire est né du désir de faire dialoguer plusieurs disciplines autour d’une question commune et des enjeux poétiques, éthiques et politiques qu’elle implique. En philosophie comme en histoire, en littérature comme en géographie, la prise en charge de la voix d’autrui – en particulier des voix inaudibles dans l’espace public – est en effet un enjeu majeur des recherches contemporaines.

Notre approche repose sur le constat d’une porosité toujours plus grande des frontières entre littérature et sciences humaines et sociales : non seulement les écrivains contemporains s’emparent des outils des sciences sociales, mais les sciences humaines et sociales se renouvellent aussi au contact de la littérature, à la fois dans le choix de leurs objets et dans l’écriture même. Les recherches s’attacheront à croiser différentes perspectives sur les notions de « témoignage », de « voix », de « parole » ou de « récit de vie », pour mieux saisir la place qu’elles occupent aujourd’hui tant dans les pratiques artistiques que dans la recherche scientifique.